Découvrir assoconnect Essai gratuit

Les 4 principaux besoins des associations organisées en réseaux

10 mars 2020

Vous connaissez l’adage qui dit que "l’union fait la force" ? Il est particulièrement vrai dans le monde associatif français, où une association sur deux fait partie d’un réseau.

Les réseaux associatifs sont souvent difficiles à analyser car il en existe de tous types et de toutes formes. Ils partagent toutefois une organisation précise, composée d’une "tête de réseau" et de différentes structures, ou "antennes", qui peuvent en être dépendantes ou indépendantes.

Chez AssoConnect, nous travaillons chaque jour avec de nouveaux réseaux associatifs - et nous nous en réjouissons ! Avec le temps et au fil de nos échanges, nous avons appris à mieux les connaître et à mieux comprendre leurs problématiques.

Dans cet article, je vous propose de revenir sur les 4 principaux challenges qui se présentent à eux :

Vous trouverez également un bref récapitulatif en fin d'article !

C’est parti pour une virée dans le monde des réseaux !

Vous n’avez pas le temps de lire cet article ?
Demandez la fiche technique !

Je demande ma fiche technique

reseau-associatif

Harmoniser les pratiques

Des outils communs pour le bien du réseau

Puisqu’un réseau rassemble par définition différentes structures en son sein, l’harmonisation des pratiques représente un enjeu-clé.

Si l’ensemble du réseau n’utilise pas les mêmes outils, il devient difficile - voire impossible - pour la tête de réseau de recueillir des informations provenant des antennes. Ou d’y parvenir au prix de nombreuses heures à rassembler et formater lesdites informations.

Il s’agit là d’un point primordial. La tête de réseau risque en effet de se retrouver dans la situation où elle ne peut pas analyser correctement la situation des antennes. Dans ces conditions, elle ne sera pas en mesure d’évaluer leurs besoins et ne pourra donc pas y répondre correctement.

Il est donc indispensable pour le bien de l’ensemble du réseau d’harmoniser les pratiques et les outils utilisés en interne.

Développement de l’entraide

Cette harmonisation possède également un autre avantage non négligeable : il rend possible l’entraide au sein du réseau associatif.

Prenons la situation d’une antenne qui n’arriverait pas à générer de reçu fiscal suite à un don. Si l’ensemble du réseau possède le même logiciel de collecte de dons, les bénévoles de l’antenne concernée pourront alors trouver de l’aide auprès de la tête de réseau ou encore d’autres antennes si celles-ci sont en contact.

Cela peut paraître anecdotique, mais c’est en réalité souvent sur ce genre de tâches que les bénévoles perdent le plus de temps.

Or, votre temps est précieux, autant essayer de le préserver !

associations-en-reseau

Laisser de l’autonomie aux antennes

Pourquoi c’est important ?

Tout simplement parce que les antennes sont au plus proche du terrain.

Elles sont l’essence même de l’association, elles possèdent la vision de ce qu’il se passe au quotidien du côté des donateurs, des bénévoles ou encore en termes de déploiement des activités et du projet associatif sur le territoire.

Dans la mesure où elles connaissent mieux que personne leurs besoins, elles sont naturellement les mieux placées pour agir. Pour cela, elles ont besoin d’une certaine marge de manœuvre offerte par la tête de réseau.

Dans le cas où la tête de réseau souhaiterait leur imposer un cadre trop contraignant, il y a de fortes chances que les antennes le perçoivent mal et aient quelques réticences à rentrer dans les rangs.

De par leur position, les antennes peuvent légitimement penser qu’elles sont à même de prendre les meilleures décisions au quotidien.

Il est compréhensible qu’elles aient du mal à recevoir des instructions provenant d’une structure certes dirigeante, mais qui ne connaît pas aussi bien qu’eux leur périmètre.

D’où l’importance de ne pas les braquer en plaçant le curseur au bon endroit entre harmonisation et autonomie.

Blog_Images_Articles-green-association-mathieuTravailler en autonomie ?
Mathieu, ça le rend "happy" !

L’autonomie, un vecteur d’engagement

Au-delà d’éviter des frustrations auprès des antennes, le fait de leur laisser une certaine liberté présente d’autres avantages. Il s’agit en effet d’une véritable preuve de confiance, ainsi que d’une reconnaissance de la compétence de vos antennes.

Or, cette reconnaissance est probablement le meilleur moyen de motiver les bénévoles sur le terrain. Si ces derniers sentent que la qualité de leur travail est reconnue et valorisée, ils auront d’autant plus envie de se donner pour leur association.

Cette preuve de confiance de la tête de réseau envers ses antennes est également un excellent moyen de garantir de bonnes relations, condition indispensables au bon fonctionnement global du réseau associatif.

Si vous avez bien appliqué notre première partie et que les pratiques sont harmonisées, il sera encore plus efficace de laisser de l’autonomie aux antennes.

De cette manière, la tête de réseau peut monitorer l’activité locale de loin, sans perturber le travail des antennes.

tete-de-reseau

Renforcer la légitimité de la tête de réseau

Transparence et communication

Nous l’avons évoqué ci-dessus : il peut arriver parfois que les antennes ne voient pas forcément d’un bon œil l’intervention de leur tête de réseau.

Pourtant, il est essentiel que chacun respecte le travail des uns et des autres.

La tête de réseau possède en effet un rôle-clé dans :

  • la fidélisation des antennes existantes, la force du réseau réside dans le nombre d’antennes dont il dispose, le travail de la “tête” est alors de faire en sorte que les antennes comprennent la valeur du réseau et y restent,
  • le recrutement de nouvelles antennes, dans le but de renforcer l’ensemble du réseau, un travail qui ne peut être fait que par la tête de réseau puisque les antennes doivent se concentrer sur le terrain.

Tout au long de ces processus, il semble important de maintenir une vraie transparence dans l’activité de chacun. Que la tête de réseau connaisse les activités de ses antennes est une évidence, mais l’inverse doit également arriver.

C’est grâce à cet échange que les uns et les autres saisissent l’importance et l’intérêt de cette organisation.

Soutien aux antennes existantes

En prenant connaissance des informations remontées par les antennes, les têtes de réseau peuvent ensuite agir pour leur proposer des solutions.

Cela peut passer par la mise à disposition d’outils pertinents ou par un soutien humain en cas de besoin ponctuel de compétences spécifiques. C’est justement ce qui donne toute sa valeur à un réseau.

L’image de marque du réseau

La tête de réseau et ses antennes sont liées par un autre point, moins tangible que l’accompagnement mais tout aussi important, à savoir : l’image de marque.

En effet, l’image du réseau rejaillit sur l’ensemble des antennes, de la même manière que l’image que renvoient les antennes locales rejaillit sur le réseau dans son ensemble.

De ce point de vue, il semble une nouvelle fois important pour la tête de réseau de tenter d’instaurer une certaine uniformité à ce niveau.

Ainsi, les antennes disposent d’une base sur laquelle s’appuyer et l’ensemble reste cohérent.

besoins-reseaux-asso

Renouer avec les membres du réseau

La communication à tous les étages

Nous l’avons déjà souligné : les membres des antennes locales sont ceux qui disposent de l’image la plus directe du terrain.

Si l’information remonte correctement à la tête de réseau, alors celle-ci est en mesure d’y apporter des réponses pertinentes aux besoins.

Cela implique une communication régulière de toutes les parties prenantes, y compris à l’échelle la plus locale.

Pour cela, vous pouvez évidemment vous appuyer sur des outils, notamment digitaux, mais il semble tout aussi important d’essayer d’instaurer une culture de la communication au sein du réseau.

Les membres doivent être encouragés à donner leur avis librement et à faire du feedback à leur équipe locale, à son tour, l’antenne locale doit être en mesure de remonter l’information vers le comité départemental, le niveau régional, ou même la tête de réseau.

Ce n’est que de cette façon que les informations peuvent circuler de manière fluide et que les solutions proposées par la tête de réseau peuvent correspondre aux besoins.

Cette communication peut bien évidemment concerner les problématiques et besoins, mais également des solutions testées et approuvées par une antenne qui ne demandent qu’à être répliquées plus largement.

communication-reseau-associationLa com' interne dans son association,
pour Bertrand, c'est une révélation !

Les données, une opportunité à saisir pour les réseaux associatifs

La bonne exploitation des données (ou “data”) est l’un des grands enjeux des prochaines années. C’est aussi vrai dans le monde des entreprises que pour les associations.

Pour les réseaux, l’enjeu est plus important encore puisqu’il s’agit de réussir à remonter les données du réseau dans son ensemble, mais aussi de chaque antenne.

Le premier challenge consiste à bien faire remonter ces informations, en procédant comme nous l’avons indiqué ci-dessus à une harmonisation des outils.

Mais une fois les données remontées, encore faut-il pouvoir les utiliser. Pour cela, faites preuve de bon sens : si le jargon de la “data” est complexe, sa mise en place ne doit l’être sous aucune prétexte.

Prenons un exemple concret. 

Imaginons que dans une fédération sportive, chaque club a un petit contrat avec un équipementier. La fédération, dans une volonté de rationaliser les coûts, décide de se charger de trouver un contrat global pour ses clubs affiliés.

La tête de réseau aura alors besoin du nombre d’adhérents, du nombre d’hommes et de femmes qui la composent, de la taille des maillots de chacun ainsi que du prix des précédents contrats.

Si le travail d’harmonisation des outils a bien été effectué, toutes ces données peuvent être remontées à la fédération, qui dispose alors de chiffres concrets à présenter à l’équipementier pour obtenir un contrat plus intéressant dans le cadre de la négociation commerciale.

Et cela peut s’appliquer à bien d’autres choses selon votre activité et vos besoins. 

A vous ensuite de trouver comment bien utiliser vos données, retenez simplement que leur bonne utilisation peut avoir des effets bénéfiques sur votre réseau.

reseau-associatif

En bref

🕸️ Qu’est-ce qu’un réseau associatif ?

Un réseau associatif est un type d’organisation composé d’une tête de réseau et de plusieurs antennes, qui peuvent être dépendantes ou indépendantes.

💙 Quels sont leurs principaux besoins ?

Les réseaux ont besoin d’harmoniser leurs pratiques, de laisser de l’autonomie aux antennes, de renforcer la légitimité de leur tête de réseau et de renouer avec leurs membres.

🧐 Comment répondre à ces besoins ?

Les réseaux et leurs besoins sont divers, les solutions le sont donc tout autant. Selon la situation, cela peut passer par des outils digitaux, des changements managériaux, organisationnels, etc. L’important est évidemment d’être très au clair sur les besoins, et la communication est primordiale !

Vous voulez garder une trace de cet article ?
Téléchargez gratuitement sa fiche technique !

Je demande ma fiche technique

solutions-reseaux-associatifs

Nous l’avons vu, les besoins des associations en réseau sont particulièrement divers. Au même titre que ces structures en elles-mêmes peuvent être diverses !

Bien entendu, les quatre principaux besoins détaillés dans cet article ne sont pas forcément propres à tous. Ils peuvent notamment varier selon la taille, le niveau de maturité ou encore le type de réseau rencontré.

De la même manière, tous les besoins remontés au sein de ces réseaux n’appellent pas toujours une réponse digitale. Cela peut par exemple passer par des changements organisationnels ou managériaux, une communication interne accrue ou encre de nouveaux process.

Quoi qu’il en soit, pour ne pas risquer de passer à côté de l’essentiel, facilitez au maximum la remontée des informations et cherchez la réponse la plus simple et cohérente possible.

De cette manière, vous ne serez jamais bien loin de la solution parfaite