DĂ©couvrir assoconnect Essai gratuit

Comment construire et organiser son réseau associatif ?

1 juillet 2020

Pour durer dans le temps, un réseau associatif doit disposer de fondations solides et d’une structure l’aidant à progresser année après année pour réaliser son projet. Dans cet article, nous revenons aux fondamentaux des réseaux associatifs afin de vous aider à construire et organiser le vôtre de la meilleure manière possible.

Au programme :

A la fin de cet article, vous en trouverez également un bref récapitulatif.

Bonne lecture !

Un grand merci Ă  Samson Imache, de Samson Conseil & Formation pour son travail sur cet article.

Vous souhaitez lire cet article plus tard ?
Demandez sa fiche technique !

Je demande ma fiche technique

missions-finalités-organisation-réseau-associatif

Définir les missions et les finalités du réseau

Avant de se lancer dans une dĂ©marche de construction d’un rĂ©seau associatif, la première question Ă  se poser est celle du projet collectif : quels sont les objectifs que le rĂ©seau se donne et quel est l’intĂ©rĂŞt de se rassembler ? Ce projet est-il bien unique et partagĂ© par toutes les parties prenantes ?

Au même titre qu’il est nécessaire de qualifier l’objet et le projet pour constituer une association, il est nécessaire de bien connaître ou définir les finalités lorsqu’il s’agit de constituer un réseau.

Par "finalités", nous entendons les objectifs que l’on vise sans jamais pouvoir le réaliser totalement. Ce sont des orientations politiques à long terme, qui peuvent être par exemple :

  • DĂ©fendre les intĂ©rĂŞts du secteur d’activitĂ©,
  • Renforcer la notoriĂ©tĂ© des adhĂ©rents,
  • Favoriser le dĂ©veloppement des activitĂ©s des adhĂ©rents,
  • ReprĂ©senter les adhĂ©rents et participer aux instances dĂ©diĂ©es,
  • Partager les bonnes pratiques au sein d’un rĂ©seau,
  • Elaborer et/ou mettre Ă  disposition des outils au service des adhĂ©rents,
  • Faciliter et encourager les projets communs,
  • Accompagner et apporter un soutien,
  • GĂ©rer les Ă©quipements et ressources du rĂ©seau, etc.

Attention, le projet du réseau diffère des projets de ses structures adhérentes.

Si le réseau reproduit le projet de ses adhérents, une concurrence interne peut intervenir et causer de graves problèmes tels que la concurrence sur les sources de financement, des actions "doublons" ou encore le manque de lisibilité des actions du réseau.

missions-réseau-associatif-assoconnect

Bien définir les missions de son réseau ?
Pour Jeanne, "no problemo" !

Par exemple, la finalité d’une fédération sportive est de favoriser la pratique de son sport, le projet d’un club est de proposer des cours de sport en loisir et en compétition aux habitants de son territoire.

L’enjeu consiste donc bien à s’interroger sur les objectifs visés par les différentes parties et l’intérêt d’agir ensemble afin que chacun poursuive ses objectifs

valeurs-organisation-réseau-associatif

Définir les valeurs collectives du réseau associatif

Les valeurs morales partagées

Une fois le travail sur les objectifs effectué, il convient de définir clairement le système de valeurs du collectif.

Il s’agit ici d’identifier les valeurs qui animent l’ensemble du réseau. Quelles sont les règles morales collectives qui lui donneront un cadre ? Pour vous donner quelques inspirations : solidarité, bienveillance, accessibilité, inclusion, dépassement de soi, transparence, coopération, etc.

Veillez à ne pas tomber dans la "liste à la Prévert" remplie de bonnes intentions. En effet, le choix des valeurs consiste à s’accorder collectivement sur des règles morales qui encadrent les décisions concrètes au quotidien.

Prenons un exemple pour illustrer. Admettons que notre réseau ait pour finalité d’"aider ses membres à développer leurs activités" et que l’une de ses valeurs soit la solidarité. Une application possible de cette valeur pourrait être la constitution d’un fonds de solidarité au profit des adhérents en difficulté financière à cause de la crise du COVID-19 par exemple.

Ainsi, le choix des actions et activités concrètes du réseau peuvent trouver leur légitimité au regard du projet et des valeurs.

parties-prenantes-organisation-réseau-associatif

Définir les parties prenantes de votre réseau associatif

Les structures adhérentes

L’identité d’un réseau associatif passe par les adhérents qui le composent. Il est donc nécessaire de les identifier précisément. La lisibilité du réseau est en effet souvent associée à la clarté de l’identité et à la nature des adhérents, surtout lorsque le réseau se donne des missions de plaidoyer ou de représentation.

C’est pourquoi la réponse à la question "qui représentons-nous ?" doit absolument être précise et évidente pour tous.

Les convergences des adhérents

Une fois la finalité, les grandes valeurs et les premiers adhérents identifiés, interrogez-vous sur ce qui soude votre réseau et les convergences entre adhérents.

Ce travail collectif doit permettre d’identifier ce que les adhérents ont en commun, ce qui les unit et justifie leur appartenance même à un réseau.

Concrètement, il peut s’agir de convergences en matière de gouvernance, d’activités, de publics, de territoires, d’équipements ou encore de ressources par exemple. Ainsi, des clubs d’une fédération sportive partagent la pratique d’une activité physique encadrée par des règles communes, des structures d’un réseau comme Bleu Blanc Zèbre ont comme unique point commun de "répondre aux fractures de la société, dans la joie et l’optimisme".

Les bénéficiaires finaux

Dans l’idéal, une réponse tout aussi claire doit pouvoir être donnée concernant les bénéficiaires des actions de vos adhérents : les "bénéficiaires finaux".

Car au-delà des structures adhérentes, qui bénéficient directement des actions du réseau, il est également intéressant d’identifier vos bénéficiaires finaux. Ces derniers profitent le plus souvent de vos actions de manière indirecte, mais constituent aussi une part de votre identité.

beneficiaires-reseau-associatifDes bénéficiaires bien définis,
c'est primordial pour le réseau d'Emily !

Il est possible que certains rĂ©seaux associatifs ne puissent pas connaĂ®tre prĂ©cisĂ©ment leurs bĂ©nĂ©ficiaires finaux. Le Mouvement Associatif reprĂ©sente par exemple plus de 400 000 associations françaises et n’est pas spĂ©cialisĂ© dans un secteur particulier. Les associations adhĂ©rentes Ă©tant toutes distinctes, les bĂ©nĂ©ficiaires finaux le sont donc Ă©galement.

Quoi qu’il en soit, même si vous n’êtes pas en mesure d’identifier vos bénéficiaires finaux, ce qui reste plutôt marginal, il reste utile d’être conscient de leur diversité.

Les partenaires

Dans certains réseaux, les partenaires peuvent aussi représenter un critère identitaire et distinctif. C’est notamment le cas pour les réseaux qui réunissent des associations dotées de certains labels, agréments ou habilitations en commun, uniquement délivrés par les partenaires des adhérents.

Ces partenaires peuvent être des organismes publics, des administrations, des personnes morales de droit privé mettant en œuvre des services publics, ou encore des entreprises privées d’utilité sociale ou à but lucratif.

C’est par exemple le cas du Comité National de Liaison des Régies de Quartier (CNLRQ), qui délivre un label et rassemble les associations labellisées sous sa coupe. Dans ce cas, ce qui lie et définit le réseau est cet agrément, avant même la nature du réseau associatif ou ses publics bénéficiaires.

logique-structurelle-réseau-associatif

Trouver la bonne logique structurelle pour son rĂ©seau associatif 

Historiquement, il existe deux grands modèles de réseaux associatifs :

  • Les rĂ©seaux dits "mutualistes", qui se rassemblent Ă  leur initiative dans le but d’atteindre des objectifs communs,
  • Les rĂ©seaux "dĂ©lĂ©gataires", nĂ©s du besoin de l’Etat ou des collectivitĂ©s territoriales de dĂ©lĂ©guer certaines responsabilitĂ©s Ă  un ensemble d'associations.

Ces modèles peuvent suivre différentes logiques structurelles :

  • Certains rĂ©seaux forment des arborescences par adhĂ©sion successive des associations territoriales Ă  l’association de l’échelon territorial "supĂ©rieur" : les associations locales adhèrent Ă  l’association dĂ©partementale qui adhère Ă  l’association rĂ©gionale qui adhère Ă  l’association nationale (schĂ©ma ci-dessous Ă  gauche),
  • D’autres rĂ©seaux sont structurĂ©s selon des logiques moins intĂ©gratrices et plus complexes : les associations locales peuvent adhĂ©rer Ă  une association dĂ©partementale qui n’adhère pourtant ni Ă  l’association rĂ©gionale, ni Ă  la nationale (schĂ©ma ci-dessous Ă  droite).

schémas-structures-réseaux-associationsSchémas représentant différentes logiques structurelles

Le principe de subsidiarité et de suppléance

Dans ce contexte de rĂ©alitĂ©s associatives diverses, pour assurer la  comprĂ©hension de l’utilitĂ© du rĂ©seau, il est nĂ©cessaire de respecter deux règles fondamentales : les principes de subsidiaritĂ© et de supplĂ©ance.

Derrière ces mots un peu complexes se cachent des principes simples :

  • Le principe de subsidiaritĂ© revient Ă  laisser autant que possible l’échelon territorial le plus proche d’un sujet prendre des dĂ©cisions et agir sur celui-ci,
  • Le principe de supplĂ©ance reprĂ©sente le devoir pour un Ă©chelon directement "supĂ©rieur" de soutenir l’échelon "infĂ©rieur" en cas de mission qui dĂ©passerait les capacitĂ©s de ce dernier.

Selon l’identité et l’histoire de la structuration du réseau, la subsidiarité peut être :

  • Descendante : la tĂŞte de rĂ©seau dĂ©lègue ou attribue certains pouvoirs Ă  un Ă©chelon "infĂ©rieur" afin de dĂ©centraliser la gestion. C’est par exemple le cas dans les rĂ©seaux "dĂ©lĂ©gataires", Ă  qui l’Etat ou une collectivitĂ© territoriale a dĂ©lĂ©guĂ© certaines missions.
  • Ascendante : les associations attribuent des pouvoirs Ă  une tĂŞte de rĂ©seau, donc les Ă©chelons "infĂ©rieurs" dĂ©cident de l’échelon "supĂ©rieur" qui va le reprĂ©senter, porter une mission, une fonction ou une action. C’est ce qui arrive dans les rĂ©seaux dits "mutualistes", nĂ©s Ă  l’initiative d’acteurs mus par la volontĂ© d’agir ensemble et par des valeurs communes.

schéma-subsidiarité-réseaux-associatifs

Pour illustrer l’application de ces principes, prenons l’exemple d’une association nationale des organismes de formation. Le respect des règles de subsidiarité et de suppléance fait que cette association nationale ne développera pas de formations auprès des publics des adhérents. En revanche, elle formera les dirigeants et salariés des associations adhérentes, qui peuvent à leur tour former leurs publics.

De la même manière, un comité sportif départemental qui organise des stages encadrés par ses salariés auprès des licenciés peut entrer en concurrence directe avec ses clubs adhérents, à moins que la demande émane des clubs adhérents.

Ces règles simples permettent donc d’assurer un fonctionnement cohĂ©rent Ă  l’ensemble et  d’éviter que les diffĂ©rents Ă©chelons se trouvent en concurrence.

La territorialité

Enfin, les réseaux associatifs se caractérisent par les compétences territoriales qu’ils accordent aux représentants territoriaux lorsqu’ils existent.

Nous avons vu que les grands réseaux associatifs, notamment les plus "délégataires" ont progressivement créé des têtes de réseaux territoriales dans une logique "descendante", du national vers le local.

Toutefois, il ne faut pas considĂ©rer le territoire d’intervention comme une Ă©vidence, mais plutĂ´t s’assurer qu’il ait du sens au regard des besoins locaux.

Quel est l’espace géographique le plus pertinent pour un réseau, notamment s’il est doté d’échelons territoriaux ? Si certains réseaux associatifs font le choix politique et stratégique de calquer leur organisation territoriale sur celle de l’administration française, il reste nécessaire de s’interroger sur le sens que cela peut avoir en fonction des besoins des adhérents et du territoire.

organisation-ressources-reseau-associatif

Prévoir les ressources nécessaires pour son réseau associatif

En s’appuyant sur le travail dĂ©jĂ  effectuĂ©, il est maintenant possible de dĂ©finir les logiques de financement des activitĂ©s du rĂ©seau, en associant avec pertinence :

  • L’activitĂ© ou le domaine d’activitĂ© stratĂ©gique : "quoi financer ?",
  • La logique ou modalitĂ© de financement : "comment le financer ?",
  • La source de financement : "qui le finance ?".

Le réseau peut ainsi définir précisément son modèle économique au regard de ses sources de financement. Pour vous aider, voici un tableau récapitulatif des différentes sources de financement d’un réseau :

tableau-récapitulatif-sources-financement-réseau-associatif

Il est nécessaire d’entendre que chaque personne, physique ou morale, peut être tour à tour, adhérente, cliente ou mécène selon les activités.

récapitulatif-organisation-réseau-associations

En bref

🎯 Comment définir les missions et finalités d’un réseau associatif ?

La démarche passe par une réflexion sur les objectifs du réseau et l’intérêt de se rassembler. Il s’agit là d’orientations politiques de long terme, dont les finalités représentent l’idéal commun recherché. En savoir plus

🧬 Comment déterminer les valeurs collectives de son réseau ?

Il s’agit ici d’identifier les valeurs qui animent l’ensemble du réseau. Il doit s’agir de valeurs authentiques, choisies collectivement et qui représenteront un socle sur lequel baser vos décisions au quotidien. En savoir plus

🏗️ Quelle est la meilleure structure pour son réseau associatif ?

Il existe autant de structures que de réseaux associatifs, il vous revient donc de choisir la plus pertinente pour votre organisation. Quoi qu’il en soit, celle-ci se base sur les réflexions menées au préalable sur l’identité et les finalités de votre réseau. En savoir plus

Vous souhaitez enregistrer cet article ?
Demandez gratuitement sa fiche technique !

Je demande ma fiche technique

organisation-réseau-associations

Et voilà, nous avons maintenant terminé notre tour d’horizon des bonnes pratiques pour construire, organiser ou réorganiser un réseau associatif.

S’il existe des structures plus communes que d’autres dont vous pouvez vous inspirer, chaque réseau est unique et il vous revient de trouver le modèle le plus cohérent pour le vôtre. Pour cela, vous pouvez toujours vous appuyer sur votre mission, vos valeurs et la connaissance de vos bénéficiaires.

Quelle que soit la structure retenue, veillez à avoir un fonctionnement clair et que chaque acteur du réseau soit bien informé de ses redevabilités. Avec une organisation claire, vous évitez que des sujets soient oubliés ou, au contraire, que deux structures ou échelons différents travaillent en "doublon" sur un même projet.

Nouveau call-to-action