DĂ©couvrir assoconnect Essai Gratuit

Frédérique Pfrunder, déléguée générale du Mouvement Associatif, parle du partenariat avec AssoConnect

11 novembre 2020

Le partenariat entre le Mouvement Associatif et AssoConnect s’est noué autour de la création de leur base de données. Une organisation simple et efficace qui leur permet de gérer simplement plus de 600 000 associations, fédérations et coordinations

Retour en vidĂ©o sur la genèse du partenariat avec FrĂ©dĂ©rique Pfrunder, dĂ©lĂ©guĂ©e gĂ©nĂ©rale du Mouvement Associatif. 

UseCase_Mouvement_Associatif

 

Le Mouvement Associatif c’est quoi ? 

Le Mouvement Associatif est une association qui regroupe de très nombreuses associations, fĂ©dĂ©rations et coordinations. Sa mission est d’être leur porte-parole et d’animer les dynamiques inter-associatives, pour rassembler autour d’un projet de sociĂ©tĂ© commun. 

Nous sommes la tĂŞte de rĂ©seau des tĂŞtes de rĂ©seaux associatives : ce sont environ 600 000 associations qui sont ainsi reprĂ©sentĂ©es. 

D’oĂą vient votre besoin d’outil ? 

Le Mouvement Associatif regroupe beaucoup d’associations, mais c’est une petite structure avec des besoins professionnels et des ressources relativement limitées

On a besoin d’avoir des outils qui nous facilitent la vie, parce que les salariĂ©s ont peu de temps et beaucoup de choses Ă  faire : plus on en a qui nous permettent d’être efficaces, mieux c’est ! 

On a travaillĂ© pendant longtemps avec des outils assez basiques, des fichiers Excel, etc. Ă€ un moment donnĂ©, il nous a semblĂ© nĂ©cessaire de passer au stade supĂ©rieur et d’en avoir des plus performants. 

Pourquoi avoir choisi AssoConnect ? 

On a d’abord Ă©laborĂ© un cahier des charges, notamment pour notre système de gestion de contacts. 

On avait du mal à le gérer uniquement avec un tableau Excel, sachant que dans le monde associatif, on a des fédérations, des coordinations, des personnes qui sont dans plusieurs associations, etc. On a des besoins de tri et d’identification assez importants

À partir de là, nous avons échangé avec quelques acteurs. Nous connaissions AssoConnect, pas tellement pour leur produit, mais en tant qu’acteur de la transition numérique. C’est dans ce cadre que l’on a échangé avec AssoConnect et que la solution proposée nous a parue intéressante pour nos besoins

L’outil est très simple et facile d’accès. En partant de la gestion des fichiers contacts, on s’est dit qu'il était intéressant d’avoir aussi un outil qui nous permettait d’améliorer notre système de comptabilité et nos entrées comptables. Le fait d’avoir un "tout-en-un" nous a semblé très pratique, avec un logiciel ergonomique et attractif

Comment s’est passĂ©e la prise en main ? 

Il y a eu une formation d’une partie de l’équipe sur l’outil. On a Ă©galement fait appel Ă  AssoConnect pour des points bilatĂ©raux sur un certain nombre de choses, pour parfaitement adapter notre comptabilitĂ© sur la plateforme. 

Tout s’est très bien passĂ©, avec un service rĂ©actif qui a rĂ©pondu Ă  nos demandes en gĂ©nĂ©ral très rapidement. 

En quoi le numĂ©rique est-il un enjeu clĂ© ? 

Il y a un rĂ©el besoin des associations de s’équiper. Au-delĂ  de l’outillage, les associations de façon gĂ©nĂ©rale ont des enjeux par rapport Ă  la transition numĂ©rique. C’est important qu'elles se saisissent de ces questions-lĂ . Elles ont aussi un rĂ´le auprès de leurs membres pour faire connaĂ®tre ces enjeux, et accompagner dans cette transition numĂ©rique les publics plus fragiles, plus Ă©loignĂ©s de ces dĂ©fis. 

Et il y a de nombreux enjeux qui sont Ă©galement très importants pour les associations en tant qu’acteur de la sociĂ©tĂ© civile et acteur citoyen, autour de ce que sont ces outils numĂ©riques, de la gestion des donnĂ©es, de la façon dont ils sont appropriĂ©s par la sociĂ©tĂ© dans son ensemble. Les associations doivent participer au dĂ©bat pour une transition numĂ©rique juste, solidaire et qui ne laisse pas de cĂ´tĂ© tout un pan de la population. 

Quel est l’impact de la Covid-19 sur les usages ? 

La pĂ©riode de crise sanitaire et de confinement a mis un coup d’accĂ©lĂ©rateur Ă  ces pratiques numĂ©riques. Celui-ci n’était pas complĂ©tement volontaire, mais s’avĂ©rera peut-ĂŞtre utile et intĂ©ressant. 

De ce point de vue lĂ , je pense que les associations ont une capacitĂ© Ă  ĂŞtre crĂ©atives et rĂ©actives. On a Ă©normĂ©ment d’exemples d’associations qui ont dĂ©veloppĂ© des actions numĂ©riques et ont rĂ©ussi Ă  transformer leurs pratiques et leurs actions pour garder le contact avec leurs bĂ©nĂ©voles et leurs adhĂ©rents. Elles ont transformĂ© leur mode de faire en utilisant le numĂ©rique. Je pense vraiment qu’on pourra en tirer un certain nombre d’enseignements dans les semaines et mois Ă  venir. 

Maintenant, Ă©videmment, la situation n’est pas la mĂŞme pour une petite association locale et des grosses structures fĂ©dĂ©ratives. Celles-ci ont un rĂ´le Ă  jouer pour accompagner leur rĂ©seau dans cette transition, pour ĂŞtre Ă  la pointe de ces questions-lĂ  et faire en sorte que les associations jouent pleinement leur rĂ´le sur ces sujets. 

L’association, c’est le lieu du lien social. C’est avant tout des gens qui se rencontrent et parlent entre eux. C’est certain que c’est un bouleversement quand on ne peut plus se voir. Il y a beaucoup d’associations qui n’avaient pas l’habitude d’utiliser des moyens de communication Ă  distance ou d’organiser des visioconfĂ©rences, mais qui le font maintenant. Cela a conduit Ă  une montĂ©e en compĂ©tences de leurs bĂ©nĂ©voles sur ces sujets. 

Les associations organisent de nombreuses formations en leur sein. Beaucoup ont Ă©tĂ© adaptĂ©es pour se faire par voie numĂ©rique pour que les choses ne s’arrĂŞtent pas pendant les mois de confinement. Ces nouvelles pratiques commencent par des choses extrĂŞmement simples et peuvent crĂ©er de nouvelles habitudes. 

Je pense que le souhait de tous, c’est que l’on puisse, à un moment, refaire des réunions à plusieurs, avoir des assemblées générales qui permettent de se réunir tous ensemble et de partager. Mais, en même temps, le numérique répond à un certain nombre de difficultés ou d’enjeux que peuvent avoir les associations. Cela peut leur permettre d’échanger plus souvent avec leurs fédérations et associations dispersées sur le territoire et, finalement, créer une régularité nouvelle dans les échanges tout en conservant, on l’espère bien, des rencontres tous ensemble à certains moments

Un grand merci à Frédérique Pfrunder pour ses réponses !