Découvrir assoconnect Essai Gratuit

Les 7 informations à retenir de l’interview de la Ministre des Sports

23 mars 2021

Mardi 16 mars 2021 à 18h, Roxana Maracineanu, Ministre déléguée chargée des Sports, a répondu en direct sur Be Sport à vos questions au sujet du plan de relance du secteur amateur. 

Vous étiez près de 6 000 à suivre son échange avec Pierre Grateau, co-fondateur d’AssoConnect, et à nous partager vos inquiétudes et interrogations au sujet de la reprise de la pratique sportive. 

Voici donc les 7 informations principales à retenir de cet échange :

Nous espérons que vous trouverez dans les réponses de la Ministre des informations intéressantes pour votre club !

Voici le replay si vous souhaitez visionner l'intégralité de l'échange. Le son du côté de la Ministre n’est pas de très bonne qualité, mais il s’améliore à partir de la 15ème minute - nous vous remercions pour votre compréhension. 😅

interview-maracineanu-roxana

Quelles sont les échéances-clés de la reprise du sport ?

Le Ministère des Sports va proposer une reprise progressive des activités sportives et une réouverture des lieux fermés dans un horizon de 4 à 6 semaines.  

La priorité numéro 1 est la reprise du sport pour les mineurs, prévue pour le début des vacances d’avril.

"Les jeunes publics sont notre priorité, tout simplement parce que les adultes disposent d’une autorisation dérogatoire de sortie pour faire du sport en extérieur, tandis que les enfants, eux, ne peuvent pratiquer que s’ils sont encadrés", a expliqué Roxana Maracineanu.

La priorité numéro 2 est le retour des publics adultes dans les gymnases et les salles de sport. Des solutions sont à l’étude pour permettre ce retour d’ici 6 semaines au plus tard.

Le port du masque sportif sera-t-il obligatoire pour la reprise du sport indoor ?

D’après la Ministre, le port de ce masque "deuxième génération" sera "très souhaitable", en intérieur comme en extérieur. 

Il a été conçu "dans un esprit de démocratisation", et doit notamment être un élément facilitateur de la reprise du sport. 

Il sera commercialisé dès la mi-avril, entre 5 et 10€.

Pourquoi ne pas autoriser la pratique sportive par discipline ?

"Nous avons choisi de négocier les règles pour tous les sports de la même manière, car il nous était impossible de gérer de front 114 disciplines et de faire du cas par cas. Nous défendons cette vision solidaire du sport", a affirmé Roxana Maracineanu.

Dans un futur proche, la différenciation pourrait se faire au niveau territorial, afin d’autoriser plus rapidement la reprise du sport dans les territoires où la situation sanitaire sera la plus sous contrôle.

Comment va fonctionner le Pass'Sport ?

Le Pass’Sport s’adresse aux jeunes de 6 à 16 ans, et de 6 à 20 ans pour les pratiquants en situation de handicap. Le montant de cette aide sera de 50 à 80€ par enfant (ce dernier n’est pas encore définitif).

Le Ministère des Sports ambitionne de collaborer avec des établissements scolaires pour déployer le dispositif. 

"Nous aimerions que le chef d’établissement et les professeurs d’EPS se positionnent en tant que prescripteurs, pour que les enfants soient incités à utiliser auprès des associations sportives le bon de réduction qu’ils auront reçu de la CAF", a expliqué la Ministre.

Une fois les enfants inscrits dans les clubs, ceux-ci devront demander au Ministère le remboursement de cette réduction, qu’ils recevront directement. 

Les échéances de versements sont prévues en septembre, octobre, novembre et décembre. 

Ce dispositif sera mis en place en septembre, mais sera expérimenté dès le mois de juin sur certains territoires. 

A noter : si un enfant inscrit en juin dans un club ne reçoit son bon de réduction qu’en septembre, il pourra le faire valoir a posteriori.

En parallèle, et pour porter ce dispositif, le Ministère des Sports compte inciter les étudiants fraîchement diplômés en STAPS Ã  se faire embaucher par des associations, à travers un service civique ou un emploi (l’Agence nationale du Sport possède un budget de 12 000€ annuels dédié aux emplois aidés). 

Le service civique permettrait de compenser le stage de fin d'étude que beaucoup d’étudiants en STAPS n’ont pas pu réaliser.

La licence sportive sera-t-elle défiscalisée en 2021 ?

Le sujet est à l’étude entre le Ministère des Sports et le Ministère de l’Economie, mais n’est pas encore en bonne voie : ses chances de réussite sont de 50%.

"Il est compliqué pour le gouvernement d'acter qu'une adhésion devient un don du jour au lendemain, cela implique beaucoup de choses. On attend des fédérations et associations des propositions créatives pour nous permettre de concrétiser la défiscalisation. Ainsi, j'aurai plus d'armes pour inciter le gouvernement à aller dans ce sens", a insisté Roxana Maracineanu.

Comment bénéficier du fonds de solidarité en tant qu'association sportive ? 

L’un des critères d’accès au fonds de solidarité est la perte de 50% de son chiffre d’affaires. 

Pour les associations sportives, dont toutes les cotisations sont perçues en début de saison, pas de problème : un chiffre d'affaires peut être lissé sur toute l’année, il suffit donc de diviser par douze le montant des cotisations récupérées en septembre, par exemple.

"Souvent, les associations attendent que les adhérents demandent d’eux-mêmes le remboursement de leur cotisation. Évidemment, le mieux est de garder l’argent en trésorerie et de s’en servir pour mener des actions, mettre sur pied des activités nouvelles, et montrer que l’on est actif. Mais il peut être intéressant de ne pas attendre de les rembourser, afin d’atteindre le seuil d’éligibilité au fond de solidarité et de garder ses adhérents pour la saison suivante", a expliqué la Ministre.

Par ailleurs, il est important de garder en tête l’aide de 15 millions d’euros prévue par l’Etat pour les associations non-employeuses

L’an dernier, seules 5 000 associations l’ont sollicitée auprès de l’Agence nationale du Sport. Pourtant, le seul critère d’éligibilité est de présenter un projet pour recapter des licenciés l’an prochain. Cela peut être un événement, une campagne de communication, etc. Le montant de l’aide s’étend de 3 000€ à 12 000€ par association. 

Cette dernière peut également servir à financer le premier emploi d’une association. 

"J’insiste sur la structuration par l’emploi du secteur associatif : il ne faut pas avoir peur de devenir une association employeuse. Depuis le 1er janvier 2019, il n’y a plus de charges patronales à payer sur tous les salaires de 1er niveau", a précisé Roxana Maracineanu.

A noter : toutes les aides gouvernementales seront prolongées jusqu’à la fin de l’année 2021.

A quoi ressemblera la rentrée sportive de septembre 2021 ?

La Ministre l’a reconnu :

"Cette échéance est celle qui nous préoccupe le plus. Quelle offre sportive pourront proposer les associations en septembre ?"

Les Français seront certainement plus rétifs à s’engager en association en septembre 2021 qu’à la dernière rentrée sportive. Il faudra donc leur proposer des nouvelles options : inscriptions au trimestre ou à la séance, collaboration entre associations sportives, etc.

"Ce changement est notamment initié par des services comme AssoConnect, qui permet aux associations d’être en capacité d’adapter les systèmes de paiement, les remboursements, faciliter les inscriptions sur une période courte, etc. Cette évolution passe par les nouvelles technologies et serait inenvisageable dans un fonctionnement classique d’association."

En ce sens, l’Etat a débloqué un fonds de soutien de 9 millions d’euros à la modernisation par le numérique des fédérations et des associations sportives.

ministre-interview-sportSi nous avons conscience que le caractère encore flou de certaines réponses peut générer de la frustration pour vous, responsables de clubs et bénévoles du secteur sportif, nous espérons néanmoins que vous aurez trouvé ce premier échange avec Roxana Maracineanu utile et éclairant.

Nous sommes de tout cœur avec vous, et à vos côtés en cette période d'incertitudes. Nous faisons de notre mieux pour contribuer à une reprise sereine et bien gérée des activités sportives le moment venu.