Découvrir assoconnect Essai gratuit

La revue de presse associative - octobre 2016

De bonnes nouvelles au programme de cette revue de presse d'automne 2016 : de nouvelles mesures en faveur des associations, les dons qui progressent et les microdons qui cartonnent ! 

 

Des heures de formation offertes aux bénévoles

Après les jours de congés octroyés pour les bénévoles, voici une nouvelle mesure pour encourager le bénévolat.

Environ 100 000 bénévoles pourront transformer leurs heures de bénévolat en heures de formation, selon cet article du Parisien.

Ils pourront le faire via le mécanisme du Compte d’Engagement Citoyen (CPE), composante du Compte personnel d’activité (CPA).

3 conditions néanmoins :

  • Attester sur l'honneur qu'ils ont effectué au moins 200 heures dans l'année auprès d'une association
  • Joindre également une déclaration de l’association
  • Etre administrateur, membre du bureau ou encadrant sur le terrain

L’objectif affiché de cette mesure qui coûtera 46 millions par an à l’Etat est d’encourager la solidarité des français, en reconnaissant formellement l’engagement citoyen.

Pour les bénévoles, c’est l’occasion d’acquérir des compétences utiles dans leurs entreprises et dans leurs associations.

Consultez l'article - Le Parisien - 22/09/2016

 

L'équivalent du CICE pour les associations

Autre mesure intéressante relayée par cet article de l'Express : le gouvernement a annoncé un crédit d’impôt pour les associations à partir du 1er janvier 2017.

Les associations réclamaient ce geste fiscal car elles percevaient comme une distorsion de la concurrence le Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), créé au 1er janvier 2013, pour les sociétés.  

Sur le modèle du CICE, il sera calculé sur les salaires "inférieurs à 2,5 Smic, soit 3.600 euros bruts cette année" et son taux sera de 4% de la masse salariale éligible.

Il se déclenchera pour les associations dont le montant de taxe sur les salaires est supérieur à 20.000 euros.

Une mesure qui devrait permettre de maintenir, voire de créer de l’emploi dans ce secteur qui représente 10% des emplois du privé.

Consultez l'article - L'express - 07/10/2016

 

Bonne nouvelle également pour les grosses associations : les dons qu’elles ont collectés ont progressé de 1,7% en 2015.

C’est ce que nous apprend cet article du Figaro qui reprend le baromètre de France Générosités, un syndicat regroupant 89 grosses associations et fondations.

D’autres chiffres intéressants issus de cet article très complémentaire de notre infographie sur la générosité des français :

  • Les donateurs sont fidèles : 93% des donateurs avaient déjà donné à la même association
  • Ils sont également plus généreux : le don moyen a progressé de 2,4€
  • Les dons en ligne représentent 6% de l’ensemble des dons
  • 41% des dons sont fait sur le dernier trimestre de l’année
  • Seul bémol : la progression des dons s’est ralentie (causes potentielles :  attentats, échéances électorales…) et les nouveaux donateurs ne représentent plus que 7% de l’ensemble des dons versés contre 9% en 2011

Consultez l'article - Le Figaro - 02/10/2016

 

Les microdons sont eux aussi en plein boom !

L’Arrondi est une solution créée par MicroDon et qui permet de faire des dons dans le cadre du quotidien :

- en arrondissant à l’euro supérieur votre ticket de casse (la majorité des dons)

- en donnant quelques euros sur votre fiche de paye ou votre relevé bancaire

L’Arrondi prend de l’ampleur avec, en 2016, 3 millions de microdons pour 1,6 millions d’euros qui ont profité à 350 associations.

Les dons ont doublé cette année et ce n’est pas fini puisque le potentiel est énorme, notamment auprès des jeunes : 82% des jeunes qui n'ont jamais donné à une association accepteraient de faire l'Arrondi en caisse.

Consultez l'article - Le Figaro - 17/10/2016

 

Les associations au service du numérique

Enfin, dans nos revus de presse, nous mettons souvent à l’honneur les outils numériques au service des associations.

Dans cet article de la REM, c’est l’inverse : ce sont les associations qui prennent des initiatives pour créer une véritable "République numérique".

Aujourd’hui ne pas savoir postuler à un emploi en ligne ou ne pas pouvoir faire ses démarches administratives sur internet peut exclure.

Précarité numérique et sociale se nourrissent : 5 millions de Français les cumulent !

Des associations, entreprises et fondations se mobilisent et ont publié une tribune au printemps dernier pour déplorer l’absence d’un volet social aux plans nationaux de modernisation numérique comme le plan « France très haut débit ». Il faudrait « moderniser sans exclure ».

Ces associations agissent également. On apprend par exemple qu’Emmaüs Connect s’est associée à Google pour lancer en avril 2016 la start-up à vocation sociale baptisée WeTechCare. Cette dernière a pour mission de créer des services internet, des applications mobiles et des tutoriels destinés aux personnes en difficulté.

A la fin de l’année, elle sortira notamment une plateforme de tutoriels « Les bons clics » pour apprendre à utiliser les sites des services publics.

Consultez l'article - Françoise Laugée - printemps été 2016